Un couple bipolaire & schizophrène

80082-avant-schizophrene-maintenant-mieux

Je ne me suis pas dit, un jour dans ma vie en me levant, que ma vie serait d’être bipolaire et que mon chéri serait schizophrène.

J’adore faire la blague aux médecins sur le futur de nos enfants : que choisira la loterie de la vie si un jour on procrée ? Quelle maladie mentale, un mix des deux, une autre ? Le pire, et le mieux dans tout ça, c’est que c’est un chéri parfait pour moi. Mais parfois, le doute me prends, je me dis que je me complique la vie. Déjà que je sors à peine la tête de l’eau avec les multiples dépressions… Pourquoi faut-il que je sois avec quelqu’un qui vit une expérience similaire, qui est en difficulté ? Ne va-t-on pas s’enfoncer mutuellement ?

Partager ma bipolarité à des gens qui ne le sont pas est à chaque fois une souffrance. J’ai peur d’ennuyer, de trop en parler, de provoquer l’incompréhension. Et ces derniers points sont vérifiés, on me l’a dit souvent au début. Pire, on m’a dit que je m’en servais comme une excuse. Mais j’ai pardonné, j’ai compris, et analysé, et comme d’habitude, j’en ferai un article. Mais pouvoir partager cet aspect de moi, devenu trop envahissant à mon goût, permet de mieux nous comprendre, nous accepter et nous donne une raison de plus de vivre.

Je vous présente T. Je l’appelle conjoint parce que je ne sais pas trouver de meilleur mot. Mon « petit-copain » ? Une expression de jeunes gens. Mon « ami » ? Non, je différencie le mot ami pour l’amitié justement. Mon mari ? Euh…. Mon conjoint. Un con que l’on joint à soi ? 😀 Trève de plaisanterie, vous l’aurez compris, c’est mon chéri.

La rencontre

Hasard de la vie ?

Un jour, un ancien ami à moi du lycée, Nini, me recontacte via Internet et on se donne des nouvelles. Il me dit qu’il est malade, « bipolaire de type 1 ». Je le rassure, je lui dis que, hé ben, moi aussi. Ni une ni deux je saute dans ma voiture et je viens le retrouver, lui qui croupit depuis 2 ans chez ses parents sans rien faire. Pour la première fois il s’ouvre à quelqu’un, on peut comparer nos expériences très similaires, je peux l’aider à nouer un contact avec sa famille en leur expliquant, en les rassurant. Puis il me parle de son ami qu’il soupçonne d’être schizophrène. Il me raconte pourquoi. Puis un ami à lui vient nous rejoindre au bord de la piscine. Quand il me dit son prénom, j’ai compris.

– » Aaaaah euh oui, c’est toi euh, celui qui a euh…. Non mais je vois, N. m’en a parlé. »

Je lui dit simplement que je suis bipolaire et que je n’ai aucun tabou pour lui en parler et que je suis intéressée par les expériences qu’il vit. Il me raconte des histoires les plus folles les unes que les autres, à tel point qu’il a quand même fini par me flanquer la frousse. On se retrouve quelques jours plus tard, on sort ensemble, on discute. On n’est pas seulement deux maladies qui parlent entre elles ! Mais dès la première discussion, je savais. Je le subodorais, comme on dit. Je l’invite à aller consulter un psychiatre, c’est ainsi que depuis juillet 2015, T. prend un traitement pour la schizophrénie. Il a 24 ans, et cette annonce a complètement bouleversée sa vie. Et la mienne.

Je parlerai de lui, des découvertes que je fais à la fois sur la pathologie et son fonctionnement dans la vie quotidienne. Je lui laisse aussi la possibilité d’écrire sur ce blog (il aime l’écriture également, une envie pas encore ressuscitée).

 Ainsi il pourra peut-être lui aussi, permettre à d’autres schizophrènes de se reconnaître en lui, et de trouver des moyens de s’en sortir.

Je vous embrasse,

L.

 

Publicités

5 réflexions sur “Un couple bipolaire & schizophrène

  1. Hé hé, je vous souhaite tout plein de bonheur et de découvertes ! La vie est un chemin et celui en couple est de loin le plus magnifique et le plus puissant ! Dans l’union de la Femme et de l’Homme, tout est possible, même si ça se fait pas toujours dans la facilité. 🙂

    J'aime

  2. oui, à deux titres. je ne suis pas très à l’aise
    merci pour cette remarque qui m’aide à ordonner mes pensées.
    tous d’abord, en tant que soignant, je ne sais pas encore comment me positionner avec mon empathie qui devient embarrassante pour moi, peur d’être démasqué, de fausser mon jugement…
    puis hors du soin, le fait de retrouver tous ces symptômes qui font presque une définition de personnalité. Cela me rassurait au début, puis maintenant peut m’excéder, d’être défini ainsi dans un groupe…
    alors, cette méthode de dialogue, l’actuelle, me va bien.
    allez, je continue de lire la suite de tes articles.
    a+

    J'aime

    • D’accord alors je comprends le ras-le-bol, je pense qu’en tant que soignant on a juste envie de se changer les idées, d’autant si on est atteint soi-même….
      Pour te rassurer, ma mère est infirmière libérale, elle côtoie la maladie, la mort et la misère tous les jours, et le soir elle rentre et je lui raconte mes envies de tout abandonner, mes problèmes physiques, moraux, etc. ^-^ Je pense que dans ton cas il faut oui sortir un peu du bain. On parle souvent de maladie mentale avec T. mais à mon avis ce sera de moins en moins. Par contre j’aurais du mal avec quelqu’un de variable comme moi : j’ai un grand besoin de stabilité je le sais, et l’accepte désormais. A bientôt au plaisir de te relire

      J'aime

  3. Je remercie ton intervention, sans interaction ce blog n’aurait pas de sens… Raconter ma vie pour la raconter je n’en vois pas l’intérêt directement 🙂 Ah bon les autres bipolaires te font peur ?

    J'aime

  4. merci pour avoir apprécié mon commentaire. je préfère enchainer ici, sur cet aspect étrange : je n’aime pas spécialement les autres bipolaires qui me font peur, je me reconnait trop, j’en ai ma claque, tous les mêmes symptômes ! En sortant de l’HP, mon (seul et nouvel) ami était schizophrène, comme si cela était équilibrant !! J’avais flashé de façon maniaque à l’expression de son arthérapie à l’époque, et je ne m’en suis depuis pas dédie. J’ai hélas eu trop de mal avec mes problèmes professionnels (quelle chance de pouvoir retravailler !!!!) et familiaux, évidement…pour le revoir plus mais j’y pense encore… nous en réécriront.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s