Il suffira d’un signe.

Bon, c’est pas drôle.

Il y a quelques jours, je commentais sur le blog de W. (un être hypersensible à tendance bipolaristique) un article où il parlait de signes et de destin. Clairement j’essayais de ranger le petit côté envolée lyrique qui, même magnifique, ne me semblait pas assez terre-à-terre, avec une espèce de « j’aimerai encore y croire mais je n’y arrive plus ».

Avant la découverte de ma-dite bipolarité, j’étais déjà intéressée par les signes, les synchronicités et les idées farfelues mystiques. A tel point qu’à 19 j’étais persuadée qu’il faille que je rentre chez les franc-maçons, une lubie qui m’a attirée longtemps. Je lisais ce genre de bouquin  » le hasard n’existe pas « .

Depuis ma seule et unique crise maniaque, elle est rangée dans mon cerveau comme un souvenir de « vécu » au même titre que mes autres souvenirs réels.

Pendant un moment je suis restée bloquée à essayer de trouver un sens à ce qui m’arrivait. Un sens autre que médical. C’est toujours une obsession chez moi, sinon ce blog n’aurait pas d’existence. Mais j’enfonce bien mes pieds dans la terre pour que la boue m’empêche de m’envoler à nouveau et balaie comme un jeu de quilles le semblant de vie que je me suis reconstruite.

Au plus profond de moi, je me disais quand même que, coïncidence pour coïncidence, son histoire de nez rouge était quand même assez curieuse. Mais soit.

Un des grand thème qui concerne tout le monde, mais aussi me concerne particulièrement, c’est l’orientation. Je n’ai jamais été bonne en orientation, par ailleurs, le GPS me suivant partout.

Je termine enfin mes études d’ici quelques semaines (enfin je crois ?) en me disant que j’ai passé ma vie à repousser cette entrée dans la vie réelle active . Des études inachevées, des études achevées mais qui me font m’envoler vers d’autres domaines inexplorés paraissant sans logique, comme si choisir un métier signifiait la fin de ma vie.

Voilà, on me redemande de choisir. A 18 ans le choix était déjà douloureux pour moi, à l’époque je cumulais les citations et les livres sur le choix pour essayer de comprendre et de rationaliser ma difficulté.

Et là, depuis quelques temps, nouvelle lubie. Au détour d’une conversation avec mon grand-père, ancien militaire, il me vante les vertus de l’armée. Oui oui, vous avez bien lu, de l’armée.

Et depuis plus d’un mois cette idée me trotte dans la tête, j’ai fait quelques recherches et j’ai été convaincue. Et comme tous mes choix, le moment de me convaincre a été le début d’un engagement envers tous ces choix qui s’imposaient comme une évidence, défiant toute logique, mais me permettant d’accéder à mes buts.

Je veux donc essayer de rentrer à l’armée. Mes professeurs s’affolent, mes amis ne me comprennent plus. Et moi-même, j’avoue, je n’y comprends encore rien. Pourquoi je partirai d’un métier plutôt agréable, où je fais bien mon travail, et qui m’assure le confort d’un logis chez ma mère et une proximité avec l’homme que j’aime et avec qui j’ai envie d’avoir des projets ?

Il y aurait plusieurs raisons, et je les ai déjà écrites sur « mon projet professionnel » à soutenir à l’oral d’ici 1 mois. Vous savez, le baratin que les gens sont rassurés d’entendre, car personne n’a envie d’entendre la vraie raison de vos choix. En plus, si un jour ils apprennent que je suis bipolaire, si ce n’est pas détecté au concours par le psychologue, il en sera terminé de ma carrière. Un bel exemple de ce qui peut nous être refusé comme poste.

Bref, demain j’ai ma première réunion d’information collective sur l’armée. J’angoisse un peu, juste pour l’uniforme qui va se présenter devant moi, même si j’irai en costard. Puis je tape quelques mots sur ma messagerie pour retrouver l’e-mail avec l’adresse, et 2 messages qui ont à priori aucun lien ressortent.

Un message d’un ami hypersensible (bipolaire inconscient à ciel ouvert) qui me fait par période la numérologie et qui croit justement beaucoup aux messages cachés, au double sens, au sens mystique de la vie vibratoire, bref des domaines qui me passionnent mais dont je n’ai pas le temps de m’y pencher, et la crainte un peu de repartir voler vers d’autres ciiiiiieuuux. Quand cet homme me parle, il parle à mon inconscient en même temps, c’est typiquement le genre de personne qui vous trouble car il possède le double langage, chaque mot est à sens infini. Cela m’arrive lors de mes textes purs et aussi en crise maniaque.

Je relis son message, et il établissait par mes chiffres de naissance et mon prénom les maisons de mon karma. Mais karma, que fous-tu là ?

Et un autre message d’un journaliste à qui j’avais envoyé mes textes pour avoir son avis.

Il faut savoir que le poste visé est un poste de communication, relation presse.

Ce n’est, vraiment pas drôle. Me voilà déconcertée, allant parler à mon ami qui va sans doute me dire encore des choses troublantes. Il est vrai que depuis quelques semaines, je dis que je ne sais pas où je vais, mais en fait, j’y vais, de manière naturelle.

Armée, karma, mes textes.

Voici ce qu’il me dit alors :

 » L.  je me souviens bien de toi et cet être bouillant d’envie et cherchant tant à avancer et à se dépasser alors que les émotions vivent à chaque instant et que tant de personnes ont du mal à comprendre ta réalité, celle de ton vivant…
 
Peut-être recherches-tu naturellement à trouver une réponse à ton côté masculin en rejoignant un milieu essentiellement où les hommes et leurs valeurs font partis du quotidien
 
Si c’est ce que tu ressens, si ton intuition est forte, si les informations que tu reçois lors de cette information collective suivent le chemin de l’envie et celle du besoin d’être alors ce ne sera qu’une simple évidence L. « 
Mieux qu’un psy, hein !
C’est donc l’intuition qui parle, toutes ces choses qui se passent dans l’inconscient qui a, sa propre logique par ailleurs. Logique qui n’est pas censée être accessible au conscient. Je suis bien renseignée sur ces sujets depuis 3 ans environ, j’aurais l’occasion à travers mes articles de vous disséminer de-ci, de-là les apprentissages que j’en ai retiré.
A bientôt,
L.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s