Le déménagement : portait de famille.

170px-salvador_dali_nywts

Déménagement physique… et dans ma tête !

Petit rappel, j’ai décidé de finir mon contrat d’apprentissage à son terme le 1er septembre. La cause ? Mon patron, de bonne foi ou non, est revenu sur le montant du salaire convenu. J’étais censée habiter avec T. mon schizophrène de chéri à partir de novembre. J’y suis depuis le 08 septembre !

Mais c’est une transition facilitante, agréable, une étape simple. Je suis au chômage, donc une sorte de période de « pseudo-vacances » qui me permet de chercher du travail à mon rythme, de faire mes démarches tranquillement. Et en attendant que sa maison, qui est en travaux, soit terminée, nous habitons dans son petit studio en dessous de chez ses parents avec nos 3 chats. La nourriture est souvent préparée par sa mère, la lessive, je suis accueillie avec bonheur, sans avoir l’impression d’être une gêne. Même si j’aide, j’en profite. Oui, je me repose car il a une famille traditionnelle, soudée, unie, présente.

Ma famille se résumait souvent à vivre avec ma mère seule, se plaignant de n’avoir aucun ami, aucun mec, qui fumait des joints toute la journée, oscillant entre humeurs dépressives, colériques, exaltées. J’étais stressée le matin, le soir, et ça, pour qui que ce soit, c’est très mauvais. Le stress déclenche et détruit le corps humain, dont le cerveau, à une vitesse folle.

Je noirci le tableau, bien évidemment. Elle a, comme tout le monde, des qualités. Et même si son rapport à l’argent est morbide, obsessionnel, illogique, elle a toujours été là dans les coups durs et le sera toujours. Son rapport à l’argent me stressait énormément. Puis mine de rien, elle garde mes remarques et fait des efforts à sa manière pour me donner ce que je pense être une attitude un peu maternelle. C’est son honnêteté, la dureté dans ses mots, le manque de chaleur maternel qui m’a manqué, la féminité, la douceur. Ma mère me dit souvent qu’elle « est un homme ». Un homme peut avoir ses qualités là.  L’absence de reconnaissance, voire une jalousie de sa part, physique, morale, sociale. Un fantasme qu’elle se construit et qu’elle aime nourrir en observant passivement la vie des gens, les trouvant « plus heureux ». Elle a pourtant toutes les cartes en mains pour être comme elle le souhaiterait : argent, soutien familial, psychologues… On apprend dans la vie que certaines personnes ont une propension à se rendre malheureux.

Bref, portait de ma mère, mis à part, j’observe cette « nouvelle famille » étrangement « normale » et qui essaie de faire rentrer T. dans la norme. Autant j’envie de sa famille le côté stabilité, amour familial, cocooning, autant je n’envie pas le manque de compréhension criant envers T.

Ici, il est comme un extra-terrestre. Personne n’est hypersensible. Personne n’est surdoué. Personne ne souffre d’une maladie mentale quelconque. Les raisonnements et les actions sont plutôt « basiques ». Ils ont senti dès le départ ma différence, normal, j’ai l’habitude. Même s’ils ne le disent pas clairement, ils ont peur que je continue à « enfoncer » T. dans une vie marginale. Quoi qu’on fasse, nous sommes bizarres, décalés. Et peu importe le comportement adaptatif, ils nous sentent à plein nez.

Les repas sont définis à heures fixes, avec l’obligation d’être tous présents, de parler de nous. T. ne parle quasiment jamais. Il n’arrive pas à raconter avec légèreté, ni à suivre des conversations qu’il juge « inintéressantes », les débats stériles, la pluie et le beau temps. Il se censure sans cesse, et dans beaucoup de situations sociales.  De mon côté, ma nervosité durant tout contact social, me pousse à faire des blagues avec mon humour spécial, piquant, assez rapidement. Je tutoie ses parents depuis 1 an, alors que son beau-frère les vouvoie depuis 7 ans. A contrario de T., je donne mon avis sur tous sujets, parfois avec un point de vue original.

Cette expérience est pourtant de loin ce qu’il me fallait. L’impression d’avoir une famille. La normalité exigée ici, implicitement, ne me dérange pas. Je leur ai dit que j’étais bipolaire, et ils ont un exemple d’une femme « qui s’en sort ». Le terreau était déjà prêt. Un ami proche, qui lit mon blog (salut Nini !) a fait sa crise il y a 2 ans. Il s’avère être le frère du copain de la soeur de T. Ils l’ont vu être en crise maniaque, délirer, être interné à l’hôpital psychiatrique pendant 3 mois. Faire de longues dépressions depuis des années. Constater qu’à l’heure d’aujourd’hui, à 27 ans, il n’a pas de projets, quel qu’il soit. Peut être serait-il intéressant de faire son portrait ? D’abord j’aimerai avoir son accord. Notre histoire à tous les 2 est drôle. Simple, il a fait les années lycées dans ma classe, j’ai perduré avec quelques contact au début de l’âge adulte, puis il a repris contact avec moi à 25 ans, m’annonçant qu’il est bipolaire. Je lui ai retourné le compliment 😉

 

La bande à T. est donc constitué par L., moi-même bipolaire, Nini, bipolaire suspecté de douance, et T. schizophrène, suspecté de douance. Nous pensons à un nouveau cas pour un nouvel arrivant : un border-line. Surdoué avéré et assumé.  Je ne suis pas assez renseignée sur le sujet border-line, mais en décrivant le cas à mon cousin psychologue, il est probant selon lui.

L. et T., cherchant à dépasser la maladie par tous les moyens, la reconnaissent, la comprennent, et finissent par la dépasser. N. et S. en refus avec la réalité, fataliste, ne considérant pas que l’aide d’un psychologue puisse les aider.

Qu’est-ce qui fait que nous réagissons si différement les uns des autres ?

La douance ne nous définit. La maladie mentale non plus.

Il se cache derrière ces étiquettes des  êtres humains complexes, matériels, spirituels, des histoires, des portraits…

L.

Publicités

2 réflexions sur “Le déménagement : portait de famille.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s