Rêve, inconscient, hypnose.

Je fais des insomnies depuis 3 jours.

A partir de 3 heures du matin. C’est horrible. Je culpabilise de ne pas dormir. Je suis fatiguée sans l’être. Mes angoisses s’emballent dans un délire paranoïaque … Après m’être bien piétinée mentalement, et imaginé les pires scénario, je prends du recul quand j’en prends conscience. Je n’ai qu’à me lever, boire une tisane, fumer une clope, souffler un peu et me rendormir.

II. Le  changement

Depuis les récents bouleversements, je me sens fragilisée au niveau de l’humeur. Déménagement, vivre chez les parents de T. chercher du travail en ayant peu de moyens.. La décision de vivre avec T. est un saut important. Nous vivons le quotidien. Un couple est sans cesse en évolution, c’est un coup de poker. On ne sait jamais où l’avenir nous mènera. Mais c’est aussi la beauté de la vie ! 🙂

III. L’hypnose

Cela fait un mois exactement aujourd’hui que je suis arrivée chez T. Dans son studio, nous ne captions pas très bien la connexion WIFI. Alors le soir je ne pouvais plus écouter les vidéos d’hypnose sur youtube. Ce sont des vidéos qui s’assimilent à de la relaxation avec de la respiration, parfois avec une musique en fond. Puis T. a acheté un amplificateur de WIFI. Je peux de nouveau écouter l’hypnose. Et depuis quelques jours, la réaction est violente.

IV. Le massage

J’ai commencé les séances de kiné prescrites depuis 1 an. Je n’ai pas fait le lien directement. Après chaque séance, je me sens mieux. Je suis très contractée au niveau des cervicales. Souvent, cela entraîne douleurs, migraines et irritabilité de l’humeur. La journée d’hier était normale.  Le matin j’ai répondu à des offres d’emplois. J’avais de l’énergie, j’ai promené avec une amie, j’ai fait les courses. Puis je suis rentrée de la séance de kiné. J’ai alors arrêté de parler, et commencé à regarder tout ce qui m’entourait d’un œil noir. Plus rien n’allait.

V. Les rêves et l’inconscient

J’ai toujours eu un rapport assez fusionnel avec mes rêves. Ils sont tels des films complexes, ou de grandes histoires rocambolesques. Je m’en souviens quasiment toutes les nuits. Le langage de l’inconscient est symbolique. Mon inconscient est poète. Je me souviens d’un rêve quand j’avais 5 ans. Je dormais chez mes grands-parents. J’ai fait un cauchemar : ma grand-mère me cousait les lèvres avec une rose et ses épines. J’ai bien compris que je n’avais pas le droit à la parole.

Mes rêves se sont complexifiés. Internet est à ma portée pour tenter de les interpréter. J’ai fait 2 séances de psychanalyse dans ma vie. Elles consistaient à écrire nos rêves, à écrire notre interprétation de notre rêve, puis à échanger avec le psychanalyste. Je pense qu’on ne se situe pas loin de la réalité quand on analyse ses rêves avec ses propres codes et le symbolisme extérieur. De formation littéraire, il m’est facile d’interpréter une image, une musique, un symbole.

Maintenant l’inconscient. Je ne peux pas vous l’expliquer telle une vérité universelle. Un peu comme la bipolarité : personne n’a l’information vraie et complète. J’ai effectué quelques lectures, mais c’est surtout de la pratique. L’inconscient, c’est ce qui n’est pas conscient. (wouh ouh !) L’inconscient, c’est la machine qui travaille en background toute la journée. Et toute la nuit. C’est le maître d’orchestre muet qui créé la symphonie intérieure et extérieure.

Pour être à l’écoute de soi pleinement, j’ai trouvé qu’il était mieux de le personnaliser, de prendre conscience qu’il existait. La conscience, c’est ce que vous vivez, ce que vous lisez ici, de manière consciente. L’inconscient, c’est quand vous conduisez de manière automatique en laissant votre esprit divaguer. L’inconscient prend le relais. C’est quand vous pensez ne plus écouter le professeur, alors que c’est à ce moment-là que l’inconscient prend le relais et qu’il imprime encore plus le cours. C’est ce magasin devant lequel vous passez tous les jours, avec ce livre banal en vitrine. Et un jour, vous allez « voir », prendre conscience qu’il existe. Pourquoi ? Admettons que vous vous tourmentiez sur une question, par exemple sur une rupture amoureuse. Les musiques, les livres, les informations qui vous viennent se mettent à vous « parler », ils retiennent votre attention. C’est ce qu’il m’est arrivé avec mon premier amour, que j’ai eu du mal à digérer, à tel point qu’il est ressorti dans ma crise maniaque 6 ans après. Le livre qui m’a interpellé ? Le premier amour est toujours le dernier. C’est l’inconscient, c’est-à-dire une partie de vous, qui met en lumière vos préoccupations actuelles. 

Le rêve, c’est la manière la plus simple pour l’inconscient de vous contacter. C’est vous qui vous contactez, un dialogue entre vous et vous-mêmes. Il est le siège des interdits, des émotions refoulées, de toutes les informations que vous ne captez pas totalement. Pour illustrer mon argument, je vais prendre un chiffre au hasard. Le conscient vous permet d’avoir accès à 20 % des informations constamment : celles qui sont le plus utiles à l’instant, le reste est trié, rangé et stagne dans l’inconscient. L’inconscient représente alors 80% des données que vous possédez ! Vous n’y avez pas accès consciemment. L’inconscient est votre protecteur.

N’avez-vous pas remarqué que lors d’une dépression, notre mémoire défaille ? Qu’il existe des personnes qui ont vécu des traumatismes bien refoulés dans l’inconscient ? On n’oublie jamais rien. L’inconscient attend que vous soyez prêt, à entendre ce qu’il a à vous dire. Si vous ne l’écoutez pas, vous vous rendez malade.

C’est mon cas. L’inconscient me protège et m’empêche de dormir, car je ne suis pas prête. L’information donnée ne va pas être supportée consciemment, trop douloureuse. Donc il fait un court-circuit, il me réveille. Il va en plus s’accompagner de maux physique : contracture des cervicales, hémorroïdes, etc.

La mal-à-dit revient. Il est logique qu’en tant qu’hypersensible nous soyons plus vulnérables face à nos émotions intenses.

L’inconscient est une formidable aide, pour peu que vous preniez le temps de lire vos rêves et vos symptômes physiques. C’est difficile d’accepter que le psychisme nous rende malade physiquement. C’est difficile d’imaginer qu’il existe une conscience à part, qui vit avec et sans nous, et qu’elle nous guide subtilement. Pire, qu’elle veuille nous envoyer des messages ! Ciel, une intelligence artificielle dans mon cerveau ! 😉

L’histoire est, qu’après 1 mois sans l’hypnose, l’inconscient a pris le parti de me rendre malade : il n’arrivait plus à avoir ce lien que je recherchais avec lui. J’ai commencé à me gratter la tête sans raison, à avoir des poussées d’hémorroïdes, mal aux cervicales, etc.

Puis j’ai remis l’hypnose contacter son inconscient. Le prix à payer ? Deux insomnies, des cauchemars douloureux, des envies de pleurer le matin. N’ayez pas peur, l’hypnose est une méthode douce et rien qui ne pourrait être insupportable ne vous sera amené. 

En ce moment, il m’a indiqué clairement dans 2 rêves ce qui me gênait profondément. Ce n’est jamais ce à quoi on s’attend. On n’a pas envie de penser qu’on peut être mal « pour de si petites choses ».

J’arrête mon article-là, il est déjà bien trop long, et c’est un sujet très vaste qui me passionne. Peut-être vais-je créer une rubrique spéciale « rêve » et « hypnose », pourquoi pas ! 😉

Faites de beaux rêves,

Je vous embrasse,

L.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s