Je renonce.

Je renonce à la fille parfaite que j’ai voulu être.

Je renonce à vouloir être aimée par tout le monde.

Je renonce à vouloir être « comme tout le monde ».

Je renonce à tendre vers cette supposée « normalité ».

Je renonce au modèle imposé  » belle maison – belle famille – belle voiture – le chien « .

Le fait de renoncer permet à mon sens d’ouvrir de nouvelles opportunités.

De lâcher prise sur ce que nous n’avons pas le contrôle, c’est-à-dire nous-mêmes et aux événements extérieurs.

Travailler un peu plus chaque jour sur moi, oui. Mais globalement, essayer de ne pas lutter, de me faire mal, d’aller trop contre ma nature.

Alors, bien-sûr ! Je n’ai pas renoncé à vivre dans un chalet en forêt en autarcie 🙂

Je vis dans la société, donc je dois travailler sur mon adaptation sans renier qui je suis. Je serai toujours « différente », « bizarre », « folle », et tous les qualificatifs donnés à ce que l’on ne comprend pas !

Je ne suis pas la seule, des personnes différentes de moi totalement elles aussi seront mises à l’écart pour ce qu’elles sont, ce qu’elles représentent dans l’imaginaire collectif.

Alors oui, j’ai des tas d’objectifs !

  • Muscler mon corps et globalement prendre soin de moi physiquement, y compris les vêtements.
  • Parvenir à entrer dans la nouvelle formation que je souhaite. Enfin me spécialiser dans un métier. Mais un métier qui me permettra de bifurquer vers différentes formes de ce métier.
  • m’entourer uniquement des gens que j’aime, qui me font du bien et qui m’apportent leur savoir, leur amour, leur être, leur simplicité.
  • Réaliser mes rêves créatifs : chanter, écrire un livre, participer à une comédie musicale, apprendre à jouer de la guitare, etc…
  • Globalement, tout tester dans ma vie, même les extrêmes !
  • Dépasser ma peur du vide.
  • Devenir un jour une porte parole pour la santé mentale et/ou la douance. Capable de montrer au monde entier que nous pouvons réussir, à notre manière.
  • Sexuellement explorer le maximum de possibilité, de partenaires, de nationalités, et surtout : m’intéresser au tantrisme afin d’atteindre un niveau supérieur.

To be continued…

J’ai un tas de projets et d’objectifs que j’accomplirai au fur et à mesure. Sans être impatiente. En ne me faisant pas mal, en me laissant porter par les opportunités, en réfléchissant à mes freins, à rebondir après mes échecs.

Là tout de suite, ma vie je l’imagine. Très différente d’il y a à peine quelques mois.

Un petit appart’ pourri. Une petite voiture pourrie. Dépenser le minimum syndical pour que je puisse vivre et m’intégrer dans mon travail : vêtements, matériels, beauté…

Mais pour les sorties, je n’ai besoin de rien. Je préfère balader dans la nature, me baigner dans la mer, faire un barbecue avec mes amis, des longues discussions au coin du feu… Ces instants là valent, pour moi, tout l’or du monde.

Je mettrai cet argent de côté. Pour quoi ? Pour qui ? Je ne sais pas encore. Mais il sera là, au chaud, à dormir pour réaliser mes rêves, pour me prémunir en cas de coups durs.

Alors là seulement, je vivrai ma vie pleinement, comme je l’ai toujours fait chaque jour.

Je n’ai jamais rien regretté de ma vie. J’ai toujours fait ce que j’ai voulu. J’ai toujours assumé mes choix. Je me suis toujours pardonnée.

Chaque jour qui passe, je me couche le soir en pensant que je pourrais mourir l’âme en paix. Je suis persuadée de mourir vieille avec beaucoup de sagesse.

Alors oui.

Je renoncerai peut être aux enfants.

Je renoncerai peut être à un couple stable.

Mais au fond, ne dois-je pas être heureuse plus que tout ?

Si mon bonheur passe par des sacrifices, no matter. Sont-ils vraiment des sacrifices ?

Pour d’autres oui. Peut être.

Je cite le film Fight Club qui est une référence absolue pour moi

C’est seulement quand on a tout perdu qu’on est libre de faire tout ce qu’on veut.

Je n’ai plus de temps à perdre pour vivre et croquer la vie à pleine dents.

Je kiffe tellement ma vie telle qu’elle est aujourd’hui.

Elle est surprenante, sauvage, douce, folle, dure, imprévue, routinière, pleine d’envies…

En fait, elle me ressemble.

Je crois que je commence à savoir…

A être…

QUI JE SUIS.

L.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s