Je suis trop une meuf paradoxale.

Cet article fait suite à celui-ci : Il m’énerve parce qu’il me ressemble trop. Un ami trop collant.

Je viens d’écrire mon ras-le-cul de mon pote collant, et je viens de l’inviter à bouffer un Mcdo en regardant une série, à dormir chez moi, à aller courir avec moi demain matin et à se planter chacun devant son ordinateur pour faire des formalités chiantes.

En fait d’avoir expulsé mes pensées honteuses m’a permis d’y voir plus clair. Bon OK, j’ai aussi tapé  » que faire d’un ami collant  » et figurez-vous que y a plein de monde comme moi, avec les mêmes sentiments ambivalents ! Bon certes, ils n’en font pas un roman de 1000 pages sur un blog censé traiter d’autre chose.

C’est donc avec légèreté et joie que je l’accueille, et s’il recommence à me gonfler, je lui enverrai quelques piques cinglantes à la gueule. Mais je vais d’abord attendre voir s’il me parle de la distance que j’ai mise.

Ce serait plus facile.

Allez, bonne soirée, je m’en vais boulimier mon Mcdo parce qu’après tout : je ne serai jamais stable et mes kilos suivent ma pensée !

L.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s