Et allez, l’angoisse a repris le dessus.

Hello,

Ah ah ah, quel processus auto-destructeur ! Quelle fille je suis, qui n’accepte pas le bonheur qui vient !

J’essaie de saboter ma relation avec mon nouveau chéri. Par exemple, lui il me dit que ça fait  » 2 semaines  » entre nous. Je réponds  » t’es gentil, 3 jours « .

Les textos ne comptent pas pour moi. Enfin, ils comptent beaucoup. Je regarde mon téléphone toute la journée, j’ai peur de ne plus rien recevoir.

J’ai été très vexée d’avoir eu à m’incruster chez lui sans être invitée. J’ai fait ça jeudi, la redoutée 3ème fois me rappelant mon dernier échec au boulot que je désirais. Et auquel on m’a viré au bout de 3 jours.

Les deux fois où je l’ai vu, il s’est lâché. Je l’ai fait pas mal boire aussi, il y avait la nouveauté, la découverte. Puis il pensait que la première fois, le sexe est toujours nul. Je sais bien que non avec moi, dans le sens où si j’ai choisi mon homme de la nuit ou de la vie, je me donne sans restrictions, au contraire j’essaie de nouvelles expériences, avec plaisir.

Je l’ai fait beaucoup parler, il s’est livré, il a dansé, il a ri, il a chanté. Malgré l’alcool, je suis restée fermée comme une huître. J’ai distillé par-ci par-là quelques éléments. Mais pour me protéger, comme dans les textos, je lui pose 1 milliards de questions. Comme ça il est content qu’on s’intéresse à lui, moi je cherche les défauts, et je me protège.

La troisième fois que je l’ai vu, je savais qu’il était fatigué et qu’il bossait le lendemain. Mais j’avais trop envie de le revoir. Je n’attendais que ça. Je lui ai proposé de l’aider à dormir, lui aussi il a des problèmes avec ça. Ça me rassure.

Je suis persuadée d’être anormale, et j’ai peur d’être rejetée pour ça. J’ai certainement choisi mon ex parce qu’il est schizophrène, avec l’illusion qu’on pourrait être tous les deux bizarres et s’apprécier. Mais ce sont vraiment deux caractéristiques différentes. T. et moi on ne vivra certainement jamais la même chose.

Bref. Alors qu’il se plaignait de ne pas avoir eu assez de bisous la dernière fois, là, il n’a rien dit. Je suis venue doucement vers lui, j’ai été plus calme, parlé moins fort, posé moins de questions. Puis nous sommes allés « dormir ». Il semblait encore enchanté de copuler avec moi une troisième fois, de même pour ma part. On a regardé quelques vidéos rigolotes, et l’on a dormi.

Et je n’ai encore rien dit sur moi. Ces précédentes relations se sont finies car monsieur « s’est lassé ». J’ai peur que ce schéma se reproduise avec moi, même si je suis persuadée d’apporter sans cesse du renouveau.

Je repensai à la métaphore terrifiante qu’a utilisé mon ex. T. pour me dire qu’il se lassait. Une espèce de téléphone dont il aurait envie de se séparer.

L’angoisse est revenue. Ça y est, se lasse-t-il ? Ça y est, je l’ai découragé ?

Il m’a dit  » ah ouais tu me testes…  » je l’ai bloqué. Je le teste sans faire exprès, j’ai tellement peur. Je cherche tous ses défauts pour m’en éloigner le plus rapidement. Et il me manque, j’ai envie de passer du temps avec lui. J’ai peur de l’emmerder, mais je suis comme ça. A vivre avec mes peurs, à détruire avant que quelque chose ait commencé, et une fois détruit, j’espère qu’au final il aura passé cette carapace. J’écris beaucoup, je parle beaucoup, je suis toujours trop, et même si au final ça l’attire, ça pourrait le repousser.

Il m’a refroidi le dernier soir. Il m’a dit  » je suis un connard « . J’ai essayé de le faire parler, il n’a pas voulu en parler. Qu’essayais-t-il de me dire ? Qu’il allait me lâcher sans états d’âmes ? Ce n’est pas être un connard pour moi, seulement être franc. Et ça, franc, il l’est. Mais je le trouve trop borné dans sa manière de penser, et ça, c’est rédhibitoire pour moi.

Du coup j’ai laissé parler mon intuition. Elle m’a dit : ça pue graaave la merde. Donc re-angoisse.

Et je reçois le lendemain matin  » ce soir, je ne suis pas là, je mange chez ma soeur ».

J’ai envie de lui dire donc les seuls moments qu’on peut passer ensemble, tu les passes encore avec ta soeur ? Je sais que la famille passe avant tout, qu’on s’était vu la veille, mais je prends ça comme une attaque personnelle. Mais il peut y avoir un milliard d’autres raisons pour lesquelles il a fait ce choix.

Alors moi, blessée, j’ai répondu : OK.

Puis après  » eh ben moi demain matin et après-midi et soir je suis occupée, et le lendemain aussi.

Ah ah, je voulais me montrer détachée. Alors qu’il m’avait déjà clairement pas inclut dans son week-end. Seul moment avec un peu de répit pour lui. 

Ça n’a pas marché. Quelques heures plus tard je lui ai envoyé un pavé philosophique de réflexions, de contradictions, de reprise et de réfutation de ses idées. Pour lui dire que l’amour les enfants le mariage la fidélité c’est de la merde.

Alors qu’il pense exactement le contraire.

Je savais qu’il n’allait pas me répondre. Et bien évidemment, il ne m’a pas répondu.

Même pas un petit sms le soir pour me dire bonne nuit.

Mais ça pue la merde, je vous le dit !

Je suis blessée. Blessée d’avoir tout fait pour l’éloigner, et que ça marche.

Non, je voulais qu’il s’accroche, qu’il soit attiré par mon mystère, qu’il ait envie d’en savoir plus.

J’espère bien-sûr un petit texto ce week-end. Je me force à ne pas revenir vers lui, je lui ai tellement écrit. Il faut qu’il réflechisse aussi.

Lui qui cherche une femme qui se démarque, il est plus que servi.

Lui qui cherche une femme équilibrée……….

…..

..

C’est le moins bien servi. Dans la longue liste de mes défauts que je lui ai envoyé, instable, angoissée, cynique, que je n’ai pas confiance en moi, etc. On pourrait résumer par  » je fais semblant d’apprécier la vie et de profiter du moment présent mais je veux être aimée s’il te plaît aime-moi ne m’abandonne pas et montre moi que l’amour est beau, qu’avoir une famille aussi et tout le tralala.  »

Je crois que l’on récolte ce que l’on sème. Il me rappellera certainement uniquement pour baiser, et de plus, il me le dira franchement. Je serai tentée d’y aller, on s’amuse vraiment.

Mais je veux plus maintenant. Aller balader, au cinéma, comme nous avions fait ces deux fois. Boire un verre et aller au restaurant. C’était chouette.

Ne pas systématiquement aller chez lui, sans discussion, juste pour savourer les plaisirs de la chair.

Mais j’ai l’impression que tout va nous ramener à ça. Même s’il ne manque certainement de plans Q, comme il m’a dit.

Parce que moi, il m’a intriguée. Je veux en savoir plus, en savoir plus, et lui aussi se ferme. Normal, je lui ai dit beaucoup sur moi. Mais uniquement le négatif.

Se mettre avec une bipolaire déprimée et cynique, il y a mieux pour vivre le bonheur. Alors j’ai ma légèreté qui compense.

J’ai senti profondément que sa manière de vivre n’allait pas convenir avec la mienne, notamment sur mon besoin de sortir, de rencontrer du monde, de voyager, de sans cesse repousser mes limites.

Mais nous avons tellement de points communs, je crois. Ou je m’imagine. Il a été très tendre puis très dur la dernière fois. Sans alcool, la fête est moins folle.

On m’a conseillé de clarifier la situation. De lui demander clairement ce qu’il estime être un connard. Et de lui dire si c’est dire les choses franchement, telles qu’elles sont, le ressenti, alors c’est se respecter. Même si ça fait mal à l’autre. Comme mon contrat, il vaudrait mieux arrêter là, avant que je ne m’attache trop. Je vais vouloir chercher pourquoi, lui dire que attend, je ne t’ai rien dit de moi ! J’attendais de te faire confiance pour me livrer, te montrer mes qualités.

Je lui dirai je pense, même si je n’ai pas envie. Je sais une chose, que si l’on ne se revoie pas pour un couple, pour baiser, il n’acceptera jamais de me revoir pour discuter. Il a « assez d’amis » m’a t-il dit dès le départ. Puis là, après ce qu’on a vécu, il y aura toujours du désir, et de mon côté aussi.

Je ne le connais pas. Je ne sais pas comment il va réagir. Un des principes des accords toltèques me dirait de ne pas plaquer des dialogues qui n’existent pas, je ne suis pas dans sa tête.

Et pourtant l’angoisse m’a submergée, je n’ai pas su être claire, je n’en avais pas envie, de peur que sur le moment il m’envoie bouler, lui, emporté par son angoisse et… que sais-je ?

3 jours seulement, et me voilà complètement bouleversée. Au plus on dit que l’on veut s’éloigner d’une chose, au plus on s’y accroche et elle arrive terriblement.

Je l’ai cherché. Je l’ai trouvé. Je l’ai peut être déjà perdu.

Alors je vais attendre patiemment son texto, que peut être je ne recevrais jamais. Le message sera clair. Bye bye, et je n’ai pas le courage de te le dire.

Je revis toutes mes peurs de mon premier amour. Il m’avait quitté en me disant  » t’es trop chiante « . C’est ça, j’ai fini par lui prendre la tête avec mes angoisses.

Et une petite voix me martèle.

Mais L. Un jour, tu trouveras quelqu’un qui accepte ton caractère. Lâche-prise. Tu as été toi.

Reste toi-même. Tu n’es peut être pas prête pour un couple, même si tu en as envie. Tu rêves encore de partir voyager un an en Australie. Mais tu essaies de te stabiliser dans ta vie actuelle. Tu rêves encore d’exploiter toutes tes passions, sans avoir à se soucier de s’occuper d’un homme, chose que tu fais depuis 12 ans maintenant. J’ai peur de me fondre encore dans lui, d’avoir envie de lui plaire, de me dénigrer, de ne me sentir jamais à la hauteur.

Tout comme mon premier amour.

Je commence seulement à affirmer mes choix, mais j’ai peur ! Je ne me sens pas assez construite. Je n’ai pas eu le temps. Je n’ai pas de travail. Je me relève de plein d’échecs qui me tourmentent. J’essaie de nouveaux projets.

Je suis dans une phase de stabilisation, au tout début de cette phase. Alors je me dis que je suis vulnérable, fragile. J’ai le temps pour une fois de me construire, de m’enlever de toutes ces peurs.

Voilà.

Bon, je vous laisse.

En toute sincérité,

L.

Publicités

3 réflexions sur “Et allez, l’angoisse a repris le dessus.

      • j’i quatre enfants, mais je suis divorcée, j’ai mis au moins dix ans à me stabiliser, j’avais de grosse dépressions et de grandes excitations, mais là de minuscules déprimes et de petits épisodes d’excitation ; mais je prend toujours du lithium LP 400 bisous

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s