Je ne suis pas humble.

Bonjour, bonjour,

Je ne suis pas humble. Je n’accepte pas mes défauts ni mes limites. Je me surestime certainement. Je pense que mon opinion sera toujours la meilleure. Je n’accepte pas la critique, si je ne la juge pas constructive.

Je ne supporte pas l’autorité. Je donne des conseils. Je n’écoute pas forcément les conseils des autres, je dis souvent  » je ne t’ai pas attendu dans ma vie pour savoir ça « . Dès que je fais « une bonne action », je le montre le plus possible. Maintenant, je mens et je ne dis plus rien de toutes les erreurs que je fais. Et en plus de ça, j’enjolive la situation, quitte à exagérer un compliment que l’on m’a fait et de suite en le traduisant  » ah ben je savais que j’avais raison, que j’étais la meilleure, nia nia nia « .

Si les autres me rejettent ou me harcèlent, c’est leur faute : ils ne sont pas bien dans leur tête, ils sont jaloux, et contrairement à ce que je dis « il n’y a pas de quoi » je pense  » je comprends ta jalousie, je suis tellement bien, prend moi en exemple ! « .

Je cherche à me faire plaindre et ça me tue de ne pas pouvoir le faire. Je parle de moi, de moi, mes problèmes. Que je n’ai pas eu une vie facile. Comble, pour trouver du soutien, je viens ici dans ce blog pour continuer à recevoir des « merci, tu es formidable » ou alors « regardez mon combat, vous voyez, je suis là pour vous aider, qu’elle bonne personne je suis ! « 

Les commentaires négatifs je prends un malin plaisir à ce que je pense clouer le bec en rejetant totalement les arguments, en disant « tu ne me connais pas » « comment peux-tu juger » etc.

Je peux justifier en disant que j’ai été une enfant, et une adulte négligée au point de vue émotionnel. Que je n’ai pas confiance en moi, et que je fais tout pour cacher mes faiblesses et m’améliorer.

Ma motivation est la haine. De montrer à ceux qui me critiquent que je vais réussir. Et une fois que je le fais…. Je n’en ai aucun plaisir. J’ai tellement distillé ce poison en moi, en étant paranoïaque, je ne me rends plus compte que je créé moi-même ce genre de situation.

Je ne m’entoure que de gens qui vont dans mon sens. Je suis sur la défensive tout le temps. Si on me fait une petite critique, que je ne suis pas la meilleure, je m’effondre, je n’en dors plus la nuit, je fais des cauchemars, je tombe malade, etc.

Puis je me cache derrière la bipolarité et la douance. Pauvre surdouée et pauvre bipolaire que je suis. Ce n’est pas ma faute si j’agis ainsi ! Puis regardez, je fais tout pour aller bien, puis regardez, je suis un exemple pour les autres.

J’adore qu’on me fasse remarquer que je suis différente, que l’on me privilégie pour cela. Je fais tout pour me montrer, de toute façon.

En cours, je fais en sorte de terminer le plus vite, sans tenir compte de l’avis des autres. Parce qu’ils sont moins diplômés par exemple, parce qu’à mon avis leurs façon de pensée n’égale pas la mienne. Même devant l’évidence, je dis fièrement « je n’ai jamais rencontré quelqu’un d’aussi gentil, ouvert, compréhensif, et avec une telle vision que moi ».

Je parle beaucoup, beaucoup, je coupe la parole, je pense avoir compris et je finis les phrases des autres en étant persuadée de savoir ce qu’ils veulent dire.

Je rejette ces comportements sur mon éducation : ce n’est pas moi, on m’a elevé comme ça, mais je m’en sortirai !

Les compliments me nourrissent, sans vraiment me nourrir. C’est normal. J’ai tout fait pour qu’on me complimente.

Pire, je ne laisse même pas le temps aux autres de me complimenter parce que je le fais moi.

Et après je me plains. On me rejette. Parce que je me dis que les gens sont jaloux, et c’est normal ! Face à quelqu’un comme moi, aussi belle, intelligente, pleine de qualités humaines, etc. je ne peux susciter que l’admiration ! On m’aime, ou on ne m’aime pas !

Le décalage est immense !

Depuis que j’ai 18 ans, je reçois de temps à autre  » tu manques d’humilité « , « tu es prétentieuse »  » tu arrives trop confiante »  » tu fais comme si rien ne t’atteignait  »  » tu as une confiance en toi énorme « .

Je fais tout pour montrer que je suis heureuse, sociable, compréhensive, que je vais être celle qui va défendre l’orphelin. Enfant, j’avais l’impression que oui, je ressentais de manière pure ces sentiments.

Le trouble de la bipolarité de type 1 pourrait s’apparenter à une « folie des grandeurs ». Je me suis prise pour la prophète qui va sauver le monde, qui contrôle la météo, le temps, qui va répandre l’amour sur terre, que j’ai enfin le droit à tous ces égards dont je suis persuadée !

Si je me tais, ou que je ne me mets pas en avant, c’est juste pour être intégrée, faire semblant que je m’intéresse à la vie d’autrui.

Au fond, je n’en ai pas grand chose à foutre. J’essaie pourtant, je crois. Enfin, ce que je cherche, c’est prendre le meilleur de la personne, me l’attribuer, en profiter le plus possible : copier les vêtements, les attitudes, etc. bien-sûr en m’attribuant que ce sont mes découvertes.

Pourquoi une telle prise de conscience ?

On me répète toujours la même chose. Dans ma vie, mes problèmes sont liés à ça. De plus, chaque compliment me fait gonfler la tête, et je me dis « ah voilà, je savais bien! ».

Donc si je me tais c’est uniquement pour me faire passer pour une personne humble, tout en pensant au fond de moi que ces gens valent moins.

Je ne critique pas forcément les autres, c’est étrange. Mais c’est pire, je crois. C’est que je leur accorde tellement peu d’importance que je ne les regarde pas. Je suis mes idées, ma façon de travailler, et chaque réussite renforce mon attitude.

Tout simple. Depuis 2 mois, je suis en couple. J’ai cherché tout de suite à savoir si mon copain était intelligent, voire surdoué.

Il me répète constamment qu’il y a autre chose que l’intelligence. Je sais bien… Mais je connais mieux la définition de l’intelligence que toi ! Et quand même, avoir un vide intersidéral en face de moi, ce n’est pas possible !

Et puis t’as vu, j’en ai chié malgré TOOOOUT ce que j’ai traversé. Puis je vais réussir de grandes choses ! Le monde reconnaîtra enfin mon importance.

Quand je dis « tu as raison » ça me fend le cul, et la majorité du temps, je le fais de manière mécanique.

Et chaque fois qu’on se voit, il me décrit comme quelqu’un de prétentieuse. Et je n’arrête pas de lui dire que c’est faux ! Qu’il est le seul sur la planète à me dire ça !

Mais je mens tellement ! Non, on me l’a toujours dit ! Même moi je finis par croire mes mensonges.

C’est VOUS qui vous trompez !!!

Et je suis la première à critiquer le comportement de ma mère.

Ma formatrice m’a dit « Mlle Je sais tout ». Je me suis dit « allez, encore une qui n’accepte pas d’avoir tort ».

Mon copain me dit « je recherche quelqu’un de humble ». Dans ma tête je me dis  » ouh là là, comment vais-je réussir à lui faire croire ? »

Je pense juste « il veut se donner bonne conscience, c’est de la fausse modestie. » Et je trouve ça ridiculte par ailleurs. Pire que MON comportement.

Au moins MOI, MOI JE, n’ai pas de fausse modestie. Je suis simplement qui je suis : trop forte dans certains domaines, et si ce n’est pas le cas, je vais tout faire pour l’être et le montrer !

A qui, à quoi ?

….

Pourquoi ?

Ma carapace n’est qu’un simulacre qui ne trompe personne, personne, même si je juge ceux en face de moi. Après tout, la jalousie excuse tout ! Regardez j’arrive dans la pièce, je parle à tout le monde, je m’intéresse à tout le monde, je vais obéir.

Puis je suis tellement forte que je peux réussir en loupant les cours, en contredisant les professeurs, alors que vous, cloportes, vous galérez pendant des heures pour faire faux. Vous enviez mes qualités, vous me le dites, et je pense « c’est normal ».

Je suis la première de la classe  » trop cool « . Je vais m’exclure par peur d’être exclue.

Je me mets en avant tout le temps, aussi dans mes problèmes. Chacun de vos commentaires  » merci, L. » me donnent le sentiment d’exister, de servir à quelque chose.

Même là, je suis en train de me dire  » waouw, tu avoues tes faiblesses, quelle force, et quel courage ! ».

Je recherche l’amour, la reconnaissance. Après tout, c’est typiquement les enfants négligés émotionnellement, les bipolaires, les surdoués.

Tsss. Bien-sûr, ça a favorisé. Et alors ? ET ALORS ?

Je suis loin d’être la plus à plaindre. On me dépasse parce qu’on arrive à se discipliner, à travailler plus que moi. Le moindre effort me rebute.

Je me suis faite toute seule.

Bouh, la liste est looooongue.

Le fait de rechercher l’humilité pour le moment, c’est uniquement pour plaire à mon copain, et être intégrée dans un groupe.

Est-ce louable ? Je ne sais pas.

J’ai des qualités, mais aussi des défauts. Apparemment de ce que j’ai lu, c’est l’équilibre, l’objectivité, l’observation de soi. Je ne suis pas parfaite, il y aura toujours quelqu’un de mieux que moi, qui réuissira mieux dans mon domaine.

Quand il m’a dit que je pétais plus haut que mon cul, j’ai pleuré pendant 3 heures. Mon ego fragile revient sans cesse au même problème que je n’arrive pas à résoudre. Je crie : non ce n’est pas moi, tu ne me connais pas, tu ne mérites pas de me connaître alors j’ai essayé de la quitter.

Je me suis dit. Aucune tolérance. Comment oses-t-il me dire que je suis prétentieuse avec toutes les qualités que j’ai, puis mes réussites ?

On a couru ensemble, il m’a dit que ma performance n’était pas trop bien, parce que je l’ai demandé. Je me suis dit « waow super la pédagogie ».

Mais oui, les escargots courent plus vite que moi, et je n’aime pas me faire mal, et par pur esprit de contradiction je vais trouver toutes les excuses pour justifier : j’ai mes règles, j’ai mal dormi, j’ai du poids en trop, je n’ai pas les bonnes chaussures, il fait froid, etc. »

Lui qui a été un sportif de haut-niveau, j’estime que j’en sais plus que lui, et que sa manière de m’aider est nulle à chier, et qu’en plus du coup je l’estime moins.

Il me reproche de vouloir toujours avoir raison. MAIS NON !

J’ai peur de perdre son amour en étant moi-même.

En lisant sur internet l’humilité, être soi-même, ce n’est pas prendre toute la place, ne plus respecter les autres ni l’ordre établi.

Je fuis les sites religieux, même si je voudrais y croire et dire : dieu pardonne-moi s’il te plaît.

En fait, je dois admettre, qu’il a passé un stade supérieur à moi, et qu’il n’est pas cet homme si simple et le gros travail qu’il a fait sur lui.

Je lui prouve, par pur esprit de contradiction, que je veux être humble.

Je n’ai aucune vraiment bonne raison à être humble, si ce n’est être plus appréciée par les autres.

J’espère que c’est le début de quelque chose de plus profond.

Honnêtement vôtre,

L.

Publicités

2 réflexions sur “Je ne suis pas humble.

  1. Bonjour = moindre des politesses avec le vouvoiement, on ne se connaît pas
    Dans ma quête de découvrir / comprendre la notion d’humilité, j’ai lu beaucoup d’articles à ce sujet afin d’avoir des pistes et d’essayer d’être la plus honnête avec moi-même. J’ai lu qu’être humble n’est pas exposer les faiblesses que l’on a et se flageller. En me relisant j’ai peut être été trop dure envers moi et fait beaucoup de généralités. En résumé c’est une vision plus objective sur soi : être conscient de ses qualités, et ses défauts.
    Ce n’est pas non plus se remettre en question par la moindre critique de n’importe qui (ce qui est mon cas : ça me dévaste). Je vais essayer de faire preuve d’humilité en écoutant votre critique pour vérifier si la critique est justifiée. Il me semble que vous manquez d’informations pour émettre votre jugement : je suis diagnostiquée surdouée, je me suis assumée seule pendant des années, et je n’ai jamais prétendu enseigner quoi que ce soit.
    L’humilité c’est donc aussi à chaque critique (justifiée ou non) en tirer une leçon éthique. Je pense  » il n’a rien compris parce qu’il n’a rien lu ou veut juste plaquer sa haine « . En tout cas, ça ne m’a pas dévasté car j’ai réfléchi. Merci !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s