A trop vouloir être aimée, je ne sais plus qui je suis.

Hello !

Me revoilà célibataire. Officiellement je crois cette fois-ci. C’est mon esprit qui y croit encore un peu pour ne pas trop souffrir.

J’ai d’abord quitté 2 fois le chéri, il y a deux semaines, et puis hier soir. Il y a deux semaines, je suis revenue vers lui, il a accepté, et on a passé deux bons week-ends, si l’on peut dire.

Ce week-end, malgré tous ses efforts, j’ai senti qu’il continuait à me juger, à me dévaloriser. Juis je suis revenue vers lui aujourd’hui pour rattraper le coup. Je lui ai fait cracher ce que je voulais entendre : il ne tient pas spécialement à moi et ne supporte pas les défauts qu’il voit chez moi.

4 mois qu’on était ensemble. En gros, il ne m’aime pas. Profondément, je croyais l’aimer, puisque je suis incapable de dire ce qu’il m’a écrit, même en mentant. Je tiens à lui, mais peut être que je tiens seulement à son possible changement. Tout comme il me l’a dit. Il espérait que je change.

Pas bon pour une relation ça… Depuis août je suis particulièrement vulnérable. J’ai eu envie de me suicider en juillet.

Malgré mes diplômes, je n’arrive pas à trouver ce que je veux faire, je vais systématiquement vers des boulots manuels, qui ne nécessitent pas de diplômes, un peu pour me cacher et ne pas penser.

Je ne voulais pas reprendre un couple, je savais que je ne suis pas prête, avec ce que je pense de moi, de l’amour, de la famille, et plus généralement de la vie.

Ce que j’ai avoué à la psychologue la semaine dernière n’était vraiment pas beau. J’ai vomi les tréfonds de mon être.

Je lui ai dit que je n’ai pas envie de travailler, que je m’en fous de tout, que je n’ai pas envie de vivre, que je ne comprends pas « les autres » (sauf mes proches), que si je tiens à la vie c’est uniquement pour mes proches. Elle m’a demandé lesquels ? J’ai répondu ma mère et mon frère, spontanément. Pourquoi ? Pour la peine qu’ils auraient. Vivre pour moi ne m’intéresse pas.

Bonne nouvelle, j’ai commencé les séances chez la psychologue !

Je me sens tellement nulle, tellement faible. Incapable de me prendre en charge. Ma relation avec ce garçon m’a renvoyé à mes faiblesses. Même s’il ne disait pas les choses, soit j’interprétais son non-verbal, soit je visais juste. Je crois que je visais juste. 

La psychologue m’a posé comme question : comment vivez-vous votre bipolarité ? Ouf, j’ai enfin pu le dire !

TRÈS MAL ! Et je ne l’accepte pas du tout, je ne l’accepterai jamais, j’essaie juste de vivre avec, comme d’autres avec d’autres handicaps.

J’ai tellement honte d’avoir envoyé une lettre à la RQTH… Parce que pour trouver un boulot faut que je sois déclarée handicapée. C’est dire la piètre estime que j’ai de moi. Si j’avais été sourde par exemple, c’est différent. Là, c’est mon esprit, mon mental, ma capacité à affronter la vie…

Si ce garçon m’avait rencontré « avant » il aurait été séduit par qui j’étais. La working girl, celle avec plein de projets qu’elle menait de front, l’ambitieuse !

Pas cette loque que je suis devenue. 

Je me vois comme une nana de 28 ans, vivant chez sa mère dépressive avec ses 4 chiens et ses 2 oiseaux, s’en sortant elle même très peu avec ses angoisses.

J’ai des diplômes, et le seul boulot convenable que j’ai fait dans ma vie, aux yeux de la société, c’est 1 an de commerciale terrain dans la vente de vin.

Mon ex me faisait sentir ainsi. Je m’accrochais à mes petites réussites. 

Là je suis bourrée de cachets, d’anxiolytiques sinon je ne peux plus supporter une journée de plus sur cette terre tellement je suis remplie de tristesse, de colère.

Il m’a tellement fait du mal par ses paroles.

A un moment de ma vie où je sais que je prends trop les remarques des autres à cœur, j’ai eu là je crois une compilation de reproches s’enchaînant ! Et ce n’est pas un collègue malveillant de boulot. Non, c’était un petit-ami, censé au moins un peu tenir à moi.

J’ai toujours tout fait pour être aimée telle que je suis, et là j’ai essayé de me montrer sous le meilleur jour : j’ai peut être fait une erreur.

Mais en même temps, je suis désolée, je ne peux pas arriver et dire à un futur amour : voilà, je suis devenue une loque, incapable de travailler dans des boulots simples, on me marche dessus et je ne dis rien, et enfermée dans sa maladie. Je prends bien mes cachets tous les matins, sagement, j’écris mon blog sans que personne ne le sache, et j’ai toute ma vie tissée avec ces liens sur internet : hypersensibles, bipolaires, haut-potentiel…

Je suis trop sensible pour être heureuse ?

Putain, ce mec, je lui en veux de m’avoir prise de haut, de voir des défauts que je ne crois pas avoir. Ma première relation amoureuse, où j’étais très amoureuse, c’était le même cas. Amoureux d’eux-mêmes, on dirait. Cherchant la femme qu’ils considèrent parfaite.

Et c’est vrai, moi aussi, j’ai mes critères ! Et j’en ai beaucoup. Le mec faudrait qu’il soit superman. Mais pour cela, je devrais être une WonderWoman.

J’ai peut être réussi à le faire croire avant, aujourd’hui non, mon passé me terrasse, et ma situation tout court me renvoie à ma solitude.

Alors petit à petit, j’essayais de convenir à ce qu’ils voulaient… C’est très mauvais. Mais j’ai l’impression que personne ne m’aime telle que je suis…

Et que profondément, comme j’envisage l’amour d’une manière générale (famille, amis, couple), je n’y ai pas le droit. Et de toute façon ça n’existe pas.

Peut être simplement je n’ai pas trouvé le bon.

Mais au fond de moi est bien ancré cette croyance : ne pas être aimée pour ce que je suis.

La psychologue a du boulot !

L.

Publicités

2 réflexions sur “A trop vouloir être aimée, je ne sais plus qui je suis.

  1. Prends bien soin de toi L. car tu es la personne la mieux placée pour t’aimer telle que tu es avec tes fragilités mais aussi avec tes qualités.
    L’amour total de soi permet de ne pas tomber dans une quête perdue d’avance : celle de chercher l’amour inconditionnel dans le regard des autres…
    Courage L. l’orage va passer, garde la foi en toi et en la vie 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s