Il est temps de goûter au bonheur !

Route_Bonheur

Premièrement, je remercie les anxiolytiques, le Xanax. Je lis partout sur les forums les alertes pour informer des effets secondaires : très forte dépendance, troubles liés ( perte de mémoire, diminution de l’attention, etc. ). C’est vrai.

Pourtant. De mon côté, sans eux, je serai encore dans mon lit à faire des cauchemars et à être alitée, en totale dépression. Ils me permettent de libérer mon esprit, de cacher mes angoisses sous un pansement, de me faire dormir quand je n’y arrive plus, le temps que je puisse agir pour mieux organiser ma vie.

J’ai fait le choix de la médication : thymorégulateur Lamictal 200 mg, anti-dépresseurs fluoxétine ( Prozac ) le minimum, et maintenant Xanax le minimum.

Lire la suite

Publicités

Mettre des limites.

Et voilà, ça y est. Putain.

J’ai encore trop parlé. Je me suis justifiée. Cette soirée me laisse la bouche pâteuse et les yeux bouffis, comme le mauvais beaujolais nouveau que j’ai dégusté.

Voilà, elle est là ma foutue sensibilité. Se reprendre à la gueule toutes ses blessures, une par une, et être déstabilisée. Le genre de situation où tu ne t’attendais pas à devoir mettre des limites et hop ! C’est trop tard, tu parles, tu as les yeux humides, au plus tu parles, au plus tu sens le jugement, tu t’enfonces… Le sentiment désagréable commence, pernicieux, et quand j’arrive chez moi tout explose. Allez, c’est reparti, encore combien de séances d’hypnose le soir, de cauchemars, de séances de psychologues pour dédramatiser tout ça. De plus, comme dit une chanson :  » on n’oublie jamais rien on vit avec ». 

Je ne sais pas poser mes limites, et c’est mon plus gros problème. 

Lire la suite