Je renonce.

Je renonce à la fille parfaite que j’ai voulu être.

Je renonce à vouloir être aimée par tout le monde.

Je renonce à vouloir être « comme tout le monde ».

Je renonce à tendre vers cette supposée « normalité ».

Je renonce au modèle imposé  » belle maison – belle famille – belle voiture – le chien « .

Le fait de renoncer permet à mon sens d’ouvrir de nouvelles opportunités.

De lâcher prise sur ce que nous n’avons pas le contrôle, c’est-à-dire nous-mêmes et aux événements extérieurs.

Lire la suite

Publicités

Rêve, inconscient, hypnose.

Je fais des insomnies depuis 3 jours.

A partir de 3 heures du matin. C’est horrible. Je culpabilise de ne pas dormir. Je suis fatiguée sans l’être. Mes angoisses s’emballent dans un délire paranoïaque … Après m’être bien piétinée mentalement, et imaginé les pires scénario, je prends du recul quand j’en prends conscience. Je n’ai qu’à me lever, boire une tisane, fumer une clope, souffler un peu et me rendormir.

Lire la suite

Des nouvelles de T.

0e73038a34214d6c74fb19f2a45fa5b5

On va parler de T… c’est plutôt ma tasse de thé ! 🙂

Il se fait discret sur mon blog, mais en même temps, avoir une copine aussi envahissante côté communication alors qu’il ne peut pas s’exprimer dès qu’il y a plus de deux personnes… Je pense que ce doit être plutôt difficile. Il est plutôt enclin à s’enfermer dans son doux monde, fait de jeux-vidéos surnaturels et de films fantastiques, loisirs qui me plaisent aussi beaucoup. Il peut m’arriver même de lui piquer sa console pendant qu’il dort. Et je le comprends totalement. Il y a moi, force de la nature, je m’en rends compte, c’est simple j’ai du mal à la fermer. Et encore, si je me contenais pas, je parlerai toute la journée, mais je le fais par respect des autres. Hum. Non, je le fais pour pas qu’on m’emmerde, pardon. J’ai en plus de ça un fond insolent, c’est dire. Avec l’âge, je prends juste conscience que mon caractère est tel qu’il est, et que je dois l’accepter, parce qu’en fait, il changera pas trop. Est-ce que j’ai plus confiance en moi que quelqu’un d’autre ? Je ne sais pas.

Mon petit thé reste une énigme pour moi. Pourquoi ne veut-il pas prendre part à la conversation ? Je lui pose la question. Il me répond que les conversations sont futiles, et qu’il préfère « se mettre dans sa tête ». C’est un peu l’escargot qui rentre dans sa coquille, il s’ennuie donc il va rechercher la stimulation à l’intérieur de son cerveau. Par habitude, je fais la conversation sans m’en rendre compte, parler de, vous savez bien quoi « la pluie et la beau temps » sujet redouté par toutes les personnes ayant un minimum de cervelle. Le moment où on sait que l’on va parler pour parler, que les interlocuteurs en n’ont, de toute façon, rien à foutre. Et vous aussi, d’ailleurs.

Alors qu’avec moi, Thé est une pipelette. Alors j’essaie de lui expliquer la « fonction sociale » parce que si on la pratique pas, ne serait-ce qu’un peu, on va finir aigris et exclus du monde. Bon, de mon côté, je fais du social, mais je finis quand même aigrie et exclue du monde. Mais ce n’est pas une raison hein ! 😀

Donc Thé a repris le travail en mi-temps thérapeutique, prescrit par son psychiatre.Pour rappel, il est diagnostiqué schizophrène depuis juin 2016 et prend un traitement afin de faire taire ce que j’ai appelé « la compagnie créole » dans sa theuté. 

Les mots que j’emploie sur ce blog ne sont que des questionnements. On se dit schizo et bipo pour le moment, mais on sait bien que tout cela va plus loin. On prend le traitement pour continuer à rouler sur les rails de la société, mais on cherche à comprendre ce qui nous arrive. Il pourra certainement vivre un jour sans son traitement, et apprendre à maîtriser ses voix. Il voit un psychologue/coach spécialisé dans la douance et la schizophrénie, ce coach même présentant les deux aspects. Ce coach même refusant les étiquettes. Je l’envie presque car comme il me le décrit, c’est comme un chaman qui va lui apprendre à utiliser son intuition et l’aider à développer ses dons de guérisseur. Et oui, si vous avez lu mes précédents articles, le mystique arrive ! Tout ceci est tellement intégré dans notre vie quotidienne que j’en oublie d’en parler. Je ne remets pas en question une seule seconde ce que lui dit son coach, j’attends de voir et j’admets que ce soit possible, et je l’encourage sur cette voie.

Histoire de me plaindre, j’arrive pas à payer mes séances chez la psy, c’est 60 euros et faudrait payer ça toutes les semaines ! Oooooooooooooooooh j’ai déjà pas de quoi m’acheter des vêtements et faire des sorties… Faut pas pousser mémé dans les orties. Donc merde, j’applique les lois de l’abondance : arrrrgennnnnt, viennnnnns à moi !!!!!!

Je disais donc, il a repris son mi-temps thérapeutique, et oui, deux jours par semaine pour la même paye, comme quoi c’est possible si vous faites une dépression de trouver des solutions. Bon, même ça, il en vomit le matin. Le boulot l’ennuie, et je parle même pas des autres. Thé ne veut pas « jouer au je » et ne veut pas (encore) les insulter. Il va finir par sortir son tigre, je le sais, mais j’ai peur que celui-ci soit bien plus féroce que le mien…

Il continue de faire sa maison, avec son petit chat dans son studio, ses jeux-vidéos et ses fréquentations. On tire chacun sa force de l’autre, c’est important. Je n’ai jamais eu un petit-ami d’où je pouvais tirer ma force, c’était plutôt lui qui me tirait toute ma force et je finissais en épuisement.

Souvent on délire, on rêve grand. On a imaginé une maison avec autant de pièces que de fonctions. Et alors, qu’est-ce qui nous en empêche ? Avec pour lui un laboratoire et un bunker où il ferait des expériences scientifiques et physiques. Et moi j’aurais une salle d’art par exemple, avec des miroirs pour danser, des instruments pour faire de la musique. On va en sortir, de ce putain de moule. Mais, on n’a rien sans rien. Une profonde citation. En attendant, il vomit ses tripes, je grince des dents et j’ai le cou bloqué. Mais je regarde toujours la mer à l’horizon, et même s’il y croit plus, je le motive. Et quand j’y crois plus, il me motive. Pour reprendre un commentaire écrit sur ce blog, on navigue sur notre radeau à deux, avec deux boulets, mais on essaie de construire notre ancre, notre encre, afin de nous stabiliser là, quelque part, au milieu de l’océan, et j’aimerai bien sur une île paradisiaque s’iouplé.

Il sait pas quoi faire pour sortir de là, et moi, pour ma situation, également. Mais on continue, on avance, on profite de ma période « up up up » ! Où j’arrive à me persuader qu’il y a du positif quand je me fais flasher et que je réponds :  » mais il me reste 4 points ! « . Donc toute la journée je débite ce genre de conneries et vous savez quoi… C’est que ça finit par marcher. Je vais bien, tout va bien, allez là on se sort les doigts du cul, la vie c’est dur hein ? Ouais ben c’est pour tout le monde pareil ! Pleure un coup tu pisseras moins !

L.

 

 

 

Liste pour essayer de sortir de la bipolarité.

To-Do-Liste

Voici une liste que j’ai écrite il y a quelques mois de moyens pour aller mieux, et que je projette encore d’essayer. Je me suis dit que pour la schizophrénie ce devrait être bien aussi, et même applicable pour tous.

Je n’ai désormais plus aucun a priori sur les différentes manières de pouvoir alléger cet état, même s’ils peuvent sembler farfelus. Je pars du principe de la nourriture :  » On ne peut pas dire que c’est dégoûtant tant qu’on n’a pas goûté « .J’attends de tester les moyens qui s’offrent à nous et de me faire mon avis.

Et vous, d’autres moyens pour vous en sortir ?

Lire la suite